lundi 23 juillet 2012

Colis suivi

Revenons à nos moutons, du moins aux miens.

Je vous avais promis de vous tenir informés concernant la récupération des données de mon disque dur.

Voici.

Le lendemain du remplissage du formulaire en ligne, soit lundi 9 juillet, Deadhardrive m'adressait le message suivant :
"Je suis Sébastien et je vais m'occuper personnellement de traiter votre demande.
Il s'agit d'une panne physique, à priori du set de têtes de lecture et/ou de la carte PCB.
Les délais sont de 15 jours en moyenne.
Le devis est donc de 499€ et comprend tous les frais annexes (diagnostic, pièces détachées…).
Vous pouvez avoir une entière confiance dans notre sérieux et professionnalisme : Si vos données sont récupérables, nous les récupérerons !
Je vous invite à me faire savoir si ce devis vous convient afin de vous faire parvenir la procédure d'envoi du disque.
Je reste à votre disposition pour toutes questions"

Message amical et informatif. Il confirme ce que je crois, une défaillance de la carte d'alimentation est bien possible. Si c'est le cas, il s'agit d'une panne électronique qui ne nécessite pas de salle blanche pour récupérer les données. Deadhardrive propose d'ailleurs un tutoriel, ce qui m'apparait comme un bon point. C'est par contre une opération qui demande de trouver un disque dur fonctionnel du même numéro de série pour faire l'échange. Quelqu'un qui a eu des problèmes mécaniques sur sa voiture japonaise comprendra très bien le souci : trouver le même modèle n'implique pas des pièces identiques. Par contre, bricoler soi-même a indéniablement l'avantage du prix.
D'ailleurs la plupart des récupérateurs font bien la distinction entre panne électronique et panne mécanique. S'il ne s'agit que d'une panne électronique Deadhardrive est bien moins compétitif. En même temps, l'entreprise peut très bien affirmer que finalement il s'agissait d'une panne mécanique et, vrai ou faux, faire basculer dans le tarif des pannes mécaniques. Et là les tarifs s'étalent de 480€ à 2160€... Deadhardrive a ici l'indéniable avantage (outre le fait de ne pas faire payer le devis ou les pièces nécessaires) d'avoir un tarif fixe et tout en bas de la fourchette.

Une semaine de tergiversations, de recherche d'un bidouilleur talentueux (je ne crois pas que mon attachement personnel à la récupération de mes données permette d'effectuer l'opération en toute sérénité) en pleine vacance scolaire, de recherche d'info sur cette boîte, etc. et puis l'évidence : j'ai besoin, et le plus vite possible, de pouvoir à nouveau bosser. J'accepte donc et leur répond le jeudi 19 juillet. Dans la demie-heure "Sébastien" m'invite à adresser mon DD à leur adresse, centre UBIDOCA, et ajoute : "Je vous conseille d'utiliser un Colissimo simple et d'emballer de disque dans du papier type papier bulle. Je reviens vers vous dès réception du disque."

Bon, moi je connais suffisamment la Poste pour savoir que collissimo c'est de la daube et que entre le contre-signature et le courrier normal, les différents tarifs ne concernent que l'assurance des objets envoyés qui est fonction du poids, ce qui, dans mon cas, me ferait une belle jambe. 4€ en service lent ("lettre verte"), un emballage suffisant et basta. Soit on accorde sa confiance à la Poste, soit non.

Mon inquiétude se porte plutôt sur Ubidoca. C'est une boîte postale de réexpédition. D'autant qu'à présent, "Sébastien" affirme : "Je reviens vers vous dans une dizaine de jours pour vous confirmer la bonne réception du disque à Shanghai." Ah oui ? mais c'était pas le deal. Demandant expressément à être informé dès réception en France, il en convient sans barguigner et aujourd'hui lundi 23 juillet écrit : "Nous avons reçu votre colis ce matin. Il sera réexpédié dans la journée vers notre laboratoire."

En tout cas à présent ils ne peuvent plus s'abriter derrière une défaillance de la Poste.

Bon voyage donc à mon disque dur thaïlandais (le bilan carbone va être coton !) et bonne convalescence.

À suivre.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire